Nous étions quatre raquetteurs au rdv, ce dimanche plein de promesses de soleil et de bonne neige. Après une heure de route, nous arrivons au parking au lieu-dit La Bourgeat Noire, située au-dessus de Pinsot , dans le massif de Belledonne. Sur le parking de nombreux skieurs se préparent aussi.

Nous commençons avec les raquettes sur le sac, nous traversons le Gleyzin sur un pont de bois puis nous grimpons en forêt. La neige n’est pas très abondante, les cailloux sont bien présents et ça monte raide.

Nous arrivons au Chalet du Bout situé dans une clairière, au pied de sapins Henri IV, majestueux. Trois randonneurs ont passé la nuit dans le refuge, celui-ci est très bien entretenu et accueillant. Après un petit temps de pause, nous repartons, les raquettes au pied et montons encore dans la forêt, le chemin est raide mais agréable, il fait soleil mais pas trop chaud, tout va bien.

Ce sera moins tranquille ensuite quand à la sortie de la forêt le sentier est en devers et la neige balayée par le vent devient dure, « dure mais pas verglacée » dixit Jean-Pierre, Danièle et moi ne sommes pas convaincues, ça glisse et il faut appuyer fort sur les raquettes pour adhérer.

Nous arrivons à la Croix du Léat 1829m, mais nous ne sommes pas arrivés, il faut encore monter jusqu’à La Pierre du Pin. On suit le coach, mais finalement, seuls trois vaillants arrivent au sommet, pour ma part je cale en route et attend tranquillement un peu en dessous.

Nicole fait une démonstration de glissade mais sans dégât, elle a su éviter les cailloux. Ouf !!! Nous faisons la pause déjeuner au soleil entre les deux sites, il fait bon, la vue est belle, le bonheur quoi.

Bon il faut tout de même redescendre et la pente semble raide vue d’en haut. Nous reprenons le même itinéraire qu’à la montée, sans la partie travaillée par le vent.

Heureusement, l’encadrement est au top, à l’Alpes-Club, la descente se passe bien, Jean-Pierre fait preuve de patience à mon égard et je l’en remercie encore. Nous rejoignons la voiture vers 15h30.

Après une pause dans un bar à Allevard nous rentrons dans nos pénates respectifs, les cuisses un peu douloureuses mais, le cœur joyeux. Ce fut une belle journée ensoleillée, sportive et conviviale.

Merci à Jean-Pierre qui a fait le choix de favoriser les raquetteurs, en l’occurrence raquetteuses : Nicole Danièle et moi. Et qui a bien rempli son rôle, comme d’hab’.

Agnès

Scroll Up