Le temps est maussade, il ne fait pas chaud lorsque nous partons du parking (1248m), nous traversons le Désert. Ce hameau a gardé son authenticité. Ici point de sable ni de terres désolées, le nom du Désert vient du mot « essarter » qui signifie déforester. L’essartage était nécessaire  à l’implantation des villages et au développement de l’agriculture de montagne. Nous empruntons la large piste longeant la Bonne, rivière qui roule ses flots tumultueux dans le vallon de Font Turbat. Les nuages commencent à laisser entrevoir les sommets . Nous arrivons au niveau de la cascade de la Pisse(1450m) qui jaillit d’une hauteur de 40m. Encore 100m et nous voilà au panneau indiquant à gauche cabane de la Pisse 45 minutes. Les choses sérieuses commencent. Le sentier escarpé grimpe dans les pierres. La pente est rude, Heureusement pour nous encourager il y a les fleurs, Dames de 11heures, lis de Saint Bruno, Rhododendrons. Arrivés au point de vue au niveau du poteau indiquant « Basse-Pisse1760m », notre regard est attiré par l’immense face de l’Olan (3564m) au sud-est. A droite de celui-ci se trouve le col Turbat (2679m) et le Pic Turbat (3028m). Au sud, on aperçoit le Pic des Souffles (3098m) qui est à portée de main. A l’ouest se trouve la vallée de la Bonne qui passe par les prairies de fauche du Désert-en-Valjouffrey. Au nord, derrière nous se trouve le cirque de Basse Pisse et ses nombreuses cascades ainsi que le vallon minéral de la Haute Pisse, les Berches (3050m) et le col des Berches (2936m). Il est 11h30 nous décidons de poursuivre en direction du fond du vallon où coulent les cascades qui ont donné le nom de La Basse Pisse. Le sentier se perd dans les rochers nous progressons à vue. Nous prenons pied sur un névé déjà occupé par deux jeunes chamois qui s’enfuient à notre approche. Nous arrivons au pied des falaises (1900m)d’où tombent plusieurs cascades qui s’engouffrent sous le névé. Il est 12h30,nous trouvons un endroit avec un peu d’herbe pour la pause déjeuner. Pendant que mes collègues profitent du soleil, je pars à la recherche du sentier que j’avais emprunté pour monter dans le vallon de la Haute Pisse. Je ne le retrouve pas,mystère il a disparu.Il est 13H15. Il nous faut songer à redescendre. Nous retrouvons la piste et nous arrivons au village pour le pot de l’amitié.

Merci aux 3 sportives Magalie,Danielle et Tina qui m’ont accompagné.

Daniel,

Scroll Up