Nanou ayant perdu sa maman n’a pu nous emmener dans cette balade, elle m’a donc passé le relais; connaissant ses talents d’organisatrice, j’ai suivi aveuglément ses directives!

C’est à 9 sociétaires que nous nous retrouvons au rendez vous: Claudine, Martine, Jean-Pierre, Françoise, Daniel, Nicole, Jean-Paul, Denise et moi même. Sans encombre nous rejoignons le parking St Michel à Chamonix. A la sortie piétonne du parking le Mont Blanc s’impose à notre regard, sous un magnifique ciel bleu, la rando s’annonce sous les meilleurs auspices.
Après un petit tour en télécabine, nous atteignons Plan Praz, d’où nous montons au col du Brévent, qui est franchi juste pour la pause casse croûte, puis une longue descente dans le vallon de la Diosaz nous ramène vers 1600m avant d’attaquer la remontée vers le refuge de Moede Anterne 400m plus haut. Là le repas du soir (malgré un choix préalable) est médiocre et le pique nique du même acabit.

La propriétaire du refuge, après nous avoir fait le descriptif du panorama, nous prédit le mauvais temps pour la fin de journée du lendemain et nous invite à partir tôt. Notre départ est fixé à 7h vendredi matin. La nuit est réparatrice, petit déj avalé, le départ est donné tambour battant, la rando démarre au pas de charge et nous conduit par les chalets de Willy (que nous aurions dû éviter) vers le col de Salençon et le mont Buet « Le Mont Blanc des dames ».

La montée est rude, tout le monde ne sera pas au sommet, démotivés par le brouillard qui arrive; les autres ayant accompli le défi sportif ne seront pas récompensés de leurs efforts, visibilité nulle! et attendront dans le froid 1h l’arrivée du reste de la troupe. Après une longue descente, au cours de laquelle le Dr Jean pierre a l’occasion d’exercer ses talents de secouriste, en soignant une dame qui s’est blessée dans une chute, nous atteignons le refuge de la Pierre à Bérard, petite bâtisse adossée à un énorme caillou qui la protège des avalanches en hiver.

L’accueil est sympathique, des bouquetins peu farouches viennent narguer les randonneurs, les repas et pique nique sont excellents. Le départ de samedi est fixé à 7h la météo prévoit encore une journée mauvaise.

Après la collation matinale nous démarrons la descente vers le village du Buet, il ne fait pas si mauvais que ça! Après 1h 30 nous atteignons le col des Montets, d’où part le sentier menant au refuge du Lac Blanc. La pente est terrible jusqu’à l’altitude de 2000m. Là nous pique-niquons et prenons même le temps d’une sieste, sous le soleil. Il ne nous reste que 300 m à gravir, nous apercevons déjà le refuge qui semble tout proche. Puis le sentier en balcon faiblement pentu, sur le flanc des Aiguilles Rouges, nous permet de découvrir, au travers des nuages, les vues à couper le souffle sur: le Mont Blanc, L’aiguille Verte, les Drus, le Glacier du Tour, la Mer de Glace……..

Enfin la dernière difficulté équipée de marches et d’échelles nous emmène au refuge du Lac Blanc à 2362m. Nous sommes logés dans l’annexe qui nous est entièrement dédiée, le luxe! Le mauvais temps arrive, mais nous sommes à l’abri, et c’est depuis l’intérieur, derrière les vitres que nous observons les bouquetins venant parader. La pluie se met à tomber en fin d’après midi et durera toute la nuit.Pendant ce temps un excellent repas et une bonne nuit de sommeil rechargent notre énergie pour la fin du tour.

Dimanche matin la pluie tombe encore « à verse » et le temps est complètement « bouché », les nuages nous entourent; tant pis nous enfilons les capes de pluies, et entamons la descente sur le sentier ruisselant, pour rejoindre la vallée 1h15 plus tard; en passant près de la gare du téléphérique de la Flégère nous décidons d’écourter le retour, et descendons à Chamonix  par celui-ci, puis, en longeant l’Arve nous rejoignons le parking, le temps se lève et nous permet une dernière vue sur les prestigieux sommets environnants.

Nous avons fait une très belle escapade autour des Aiguilles Rouges, un seul regret, l’absence de Nanou qui se serait tant fait plaisir, elle était cependant avec nous par la pensée. Aussi un grand merci à elle qui avait si bien préparée cette rando.
Pierre7-ou_doit_on_passer_chef_3-la_verte__les_drus4-les_copines_de_jean-paullac-blanc11lac-cheserys1

Scroll Up