Ils étaient 4, à savoir 2×2 pour être précis : 2 samedi et 2 dimanche, mais pas les mêmes !

Samedi :

2 fidèles de l’année dernière, qui ont appliqué cet hiver les acquis de 2018 lors de leur nombreuses sorties en randonnée nordique. J’ai nommé Martine et Jean-Paul.

Nous nous retrouvons à Uriage samedi à 11h, le temps pour moi de venir de la Yaute. Grand soleil, neige de printemps, pas trop de monde sur les pistes, les conditions sont idéales.

Choix des chaussures, ajustements des fixations, un petit casse-croute et nous voilà prêts pour 4h de génuflexion.

Les premiers virages sont hésitants, il faut reprendre ses marques. Mais très vite Jean-Paul enchaine les courbes avec aisance.

Martine a plus de mal, mais elle ne lâche pas l’affaire. La neige a bien décaillée et n’est pas encore trop soupe au lait !

Tout va bien, je dispense quelques conseils de positionnement, quelques exercices pour mieux appréhender l’équilibre particulier du télémark.

Chacun y va de sa chute, moi y compris. JPaul tombe sur la gourde de Martine qui était dans son sac (la gourde pas Martine) et du coup se blesse au côté. Mais il est chaud et repars de suite.

Au bout de 2h, Martine a les pieds en compote, les chaussures sont un peu trop petites. Nous poursuivons avec JPaul, qui commence à passer partout, mais un peu trop à l’aise il enchaine les chutes et la douleur revient, plus violente. Au bout de 3h, il abandonne. Je fais une dernière descente.

Ce même week-end il y avait l’événement Alpine Classique à Chamrousse, autour des sports d’hiver des années 50 (fort sympathique malgré toutes ces vieilles voitures polluantes), et une course de télémark pour l’occasion.

J’y retrouve par hasard Peter, un ami de Chamonix qui fait des skis en bois.

On terminera la journée par la montée au clair de lune, mais vous avez déjà eu le compte rendu par Agnès.

Dimanche :

2 nouveaux : Cyril et Manon (ma petite sœur)

Cyril n’était pas très motivé par ma proposition cet été, mais il est là, décidé à découvrir. Manon reprend, elle en déjà fait 2 fois.

11h, c’est parti pour 4h… ou moins !

Je donne quelques bases à Cyril qui comprend très vite, Manon retrouve ses appuis. Après 2 bleues, on attaque les rouges. Ils sont à l’aise, mais les cuisses chauffent : c’est le métier qui rentre. Au bout de 3h, ils sont cuits ! Mais heureux ! Nous buvons une bière sur le stand Alpine Classique, belle ambiance. Nous finissons les restes de la soirée fondue de la veille, au soleil devant le chalet du club. Le printemps est bien là ! On est bien.

 

Merci à mes 4 élèves Martine, Manon, Jean-Paul et Cyril, qui ont bien suivi ces deux journées. Ils ont eu des courbatures, mais bien ont bien travaillé. Certains sont prêts à poursuivre plus loin la découverte, et même à investir dans du matériel. Ce fut un week-end bien rempli. Pour moi, la combinaison télémark et montée au clair de lune me semble bien complémentaire. Je le prévois déjà au programme 2020, pour de nouveau adeptes et pour les absents de cette année.

 

Simon

Scroll Up