Le Mont Blanc ….. Cinq fois déjà j’ai essayé de le gravir. De tous cotés je l’ai tenté :

Par les Grands Mulets en ski de randonnée, par l’Aiguille du Gouter  et son couloir risqué, par l’Aiguille du midi et le Mont Maudit. Une fois cependant je suis arrivé au point culminant mais si mal fichu  que je n’ai quasiment rien vu.

Aussi pour cette sixième et dernière tentative j’ai convié  les amis et c’est confiant dans la météo et nos capacités que nous arrivons au Fayet point de départ du TMB. Nicole bonne âme  nous encourage au départ de la rame, mais c’est tout de même sous une pluie obstinée que nous entamons les hostilités pour  1100m de dénivelé. A partir de la cabane forestière des Rognes c’est maintenant la neige qui nous accompagne jusqu’au refuge de Tête Rousse.

Le glacier du même nom a disparu. Il ne reste que rocs, blocs, caillasse, pierraille, mais le refuge est récent, très lumineux et les dortoirs confortables. Jean, Cyril et Simon arrivent pour le deuxième service de repas ayant raté le train de 14h10.

Dès « l’aurore aux doigts de rose »c’est-à-dire vers 8h nous nous élançons vers la muraille donnant accès  au refuge convoité de l’Aiguille du Gouter. Le Grand couloir se franchit aisément, la paroi qui suit est enneigé et c’est en crampons que nous escaladons les différents ressauts, sécurisés par sections, de câbles tressés .A 10 h nous sommes au refuge, un peu désorienté :

Il fait beau, nous avons devant nous une journée de désœuvrement, pourquoi finalement, ne pas tenter le Mont Blanc ?

Aussitôt dit aussitôt fait

Notre petite troupe avance

Sur les flancs escarpés

Du dôme et de son glacier

Avec au visage l’assurance

De la certitude du sommet

Nous montons tous les six

N’attendant aucun renfort

Et ainsi tous ensemble

Nous paraissons plus forts

Tous nous voyant monter

Avec cette détermination

Nous laissent poliment passer

Sans cacher leur admiration

Et à nous voir avancer

Avec une telle obstination

Les alpinistes les plus épuisés

Restaurent  leur résolution

Le col du Dôme est vite avalé

Le refuge Vallot aussi escamoté

Le froid est vif et mordant

Le vent souffle en hurlant

Et enfin c’est l’arête finale

N’attendons pas  demain

Pour les forçats des cimes

Condamnés à vaincre sans fin

La première grande bosse

Est surmontée péniblement

La deuxième petite bosse

Beaucoup plus aisément

Le sommet se profile alors devant nous

Mais Cyril épuisé flanche tout d’un coup

Jean lui donne alors une potion magique

Qu’il tient je crois d’un marabout d’Afrique

À moins qu’elle lui vienne  discrètement

Du médecin d’Amstrong  très compétent

Cyril retrouve sans tarder sa vaillance

Et  l’équipe dans un dernier effort

Foule au pied le sommet  de neige dense

A seize heures sur le point culminant

Nous savourons cette victoire sur le sort

En nous congratulant vigoureusement.

Le lendemain dans la vallée Nicole, nous acceuillera avec le champagne et les petits fours.

Belle victoire donc pour cette collective de l’ALPES CLUB au MONT BLANC !

Scroll Up