Par un temps plutôt engageant, nous étions douze au départ fixé à la Méarie, petit hameau de Quaix. 

Par un chemin nous avons rejoint la Jars, point de départ du tour de l’Aiguille. Huit d’entre nous n’avaient encore jamais approché ce petit sommet de Chartreuse bien caractéristique.

Le chemin se cabre rapidement. Les 500 m de dénivelé semblent concentrés là…

Nous arrivons sur ce qui nous apparu comme un replat, où la troupe repris son souffle. Dans la boue du chemin de multiples traces d’animaux sont fraîchement imprimées, dans toutes les tailles : sangliers, cerfs, chamois… selon José.

Arrivés au pied de l’Aiguille, le ciel couvert réduit le paysage que nous aurions pu admirer et empêche la photo. La descente se fait par un chemin bien tracé et agréable. Un grand champ avec vue sur la vallée nous accueille pour le casse-croûte, dans la convivialité et les échanges habituels, avant un vrai temps de sieste, sous un doux soleil qui nous rappelle que nous sommes à la veille du printemps.

Retour à la Méarie à 14 h 30,  point de départ pour Sarcenas. Le chemin passe à Maubuisson puis la Guille qui sera le terminus pour aujourd’hui : au total, 1000 m de dénivelé et 14 km.

Malgré la nouvelle loi sur le travail du dimanche, la recherche du bistrot ouvert devient de plus en plus difficile en France, et c’est dans un petit coin d’Italie, au bout de l’Esplanade, « chez Angelo », que nous avons pu trinquer à l’amitié.

Françou

Avec : Danièle, Denise, Magali, Martine, Mireille, Nane, Pierrette, Simone, Chris, José, et Pierre.

 

Scroll Up