Le temps est bien gris quand nous nous retrouvons à 8h30 sur le parking de la mairie de Vif. Nous prenons la route en direction de Chichilianne. Arrivés au hameau des Oches, nous nous garons le long de la D7 au bord du ruisseau Charbonnier (970m). Il est 9h15; nous commençons notre randonnée. Nous remontons la route du col du Prayer  sur 250m jusqu’au lieu dit le Pinet, un panneau jaune indique la direction du Platary. Nous suivons un bon chemin qui monte en diagonale traversant  le bois des combes  du Planteyre et de La Lauze. Nous arrivons à la source des Ayes qui surgit au pied d’un vieux chêne alimentant un étonnant système d’abreuvoir, une succession d’auges en bois. 

De la Bergerie (1245m) nous tournons à gauche pour emprunter une montée bien plus raide. Après avoir contourné un gros fayard tombé en travers du chemin, nous sortons de la forêt ((1406m). Là une grande prairie ponctuée de genévriers  se dresse en direction des crêtes. La montée est rude. Chacun monte à son rythme. Nous arrivons sur un large col. Nous atteignons en passant devant un petit cabanon équipé de panneaux solaires, le sommet du Platary (1586m). Du sommet, nous suivons  les crêtes vers le Nord en restant au maximum sur leur fil afin de profiter durant toute cette traversée du double panorama qu’offre chacun des versants de la crête. A droite la plaine du Trièves se répand jusqu’à l’imposant massif du Dévoluy et aux contreforts des Ecrins ; à gauche le Mont Aiguille, généreux voisin, laisse défiler à côté de lui les magnifiques falaises bordant les Hauts Plateaux du Vercors.

En cours de route, 1000m plus loin, on trouve  une curiosité géologique que préserve secrètement cette échine : Un grand trou transperce la petite barre rocheuse sommitale en formant une large lucarne particulièrement esthétique. Nous prenons quelques photos. Nous poursuivons sur la crête en dominant la « Plaine du Milieu », passons un gros relais de TDF et nous rejoignons le sommet de Charbonnier matérialisé par un cairn (1557m). Après avoir admiré le panorama, nous repartons dans l’autre sens en suivant les sentes des moutons. Nous avançons courbés contre le vent froid qui souffle en rafales.

 Nous trouvons un coin un peu à l’abri pour « casser la croûte ». Nous commençons par nous réchauffer avec le rhum arrangé de Babette. Nous clôturons le pique nique par le café et les habituelles douceurs. 13H35 : Il est temps de repartir. Nous repassons par le Platary et nous entamons sud ouest la descente de la prairie sommitale. Nous retrouvons la forêt et nous poursuivons la descente pour arriver un peu en dessous du col du Prayet (1180m). Nous traversons la D7  pour prendre un agréable chemin qui suit le ruisseau du Mollet. Nous voilà de retour aux voitures. Il  est  16h15.

Merci aux six charmantes sportives qui m’ont accompagné : Magalie, Tina, Françoise, Danièle, Agnès et Babette qui a eu l’idée de cette agréable randonnée.

Scroll Up