Le Pinet, c’est d’abord une  barrière rocheuse qui s’étend des rochers de Fitta au sud jusqu’aux rochers du Biollet au nord. Elle défend comme un rempart, l’accès au plateau de l’Alpe. Celui-ci limité à l’Est par les crêtes de Belles Ombres qui domine la vallée du Grésivaudan, comporte quatre percées, quatre parcours qui permettent d’accéder à cette forteresse naturelle :

Montant par les sources du Cernon le sentier de  la porte de l’Alpette ; à partir du hameau de la Plagne celui du col de l’Alpette ; en provenance du village des Prés le chemin du col de l’Alpe et enfin le sentier du pas de l’Echelle qui monte du cirque de St Même et du hameau des Varvats.

Cependant, des itinéraires plus discrets mais plus raides permettent néanmoins de naviguer à travers les contreforts rocheux. C’est le choix que nous avons fait aujourd’hui, et à 9h, après avoir attendu Colette qui a loupé le RDV, puis s’est perdue dans les dédales du Fontanil, nous pouvons enfin emprunter l’itinéraire qui monte à travers bois vers les falaises. La bonne route forestière se transforme rapidement en sentier, puis en cheminement escarpé et à 1450 m nous débouchons sur un petit pré ensoleillé pour la première pause. Un peu plus haut, nous quittons ce sentier qui rejoint le sangle du Fouda, pour prendre à gauche une petite sente à peine dessinée. De talus en clapiers nous rejoignons la base des premières Parois.

Un premier passage rocheux nous contraint à une escalade de quelques mètres. La gent féminine, d’abord interloquée par cette difficulté inhabituelle dans les ballades dominicales, escalade avec efficacité, sinon avec brio, ce court ressaut. Au dessus le sentier continue à travers les éboulis pour aboutir au passage clé, la Grotte à l’échelle. Il s’agit de grimper une échelle métallique pour traverser le plafond de la grotte par une ouverture spectaculaire d’où l’on peut admirer l’intégralité du vallon des Entremonts.

Les articulations s’étant assouplies dans le précédent passage, celui ci est aisément surmonté. Il ne reste plus qu’à franchir un petit col facile pour prendre pied sur le plateau, mais c’était sans compter sur le retord Michel qui fait croire au groupe que le passage se trouve entre 2 blocs de rocher. Et c’est l’accident ! Simone dans un effort de rétablissement désespéré, déchire son pantalon sur 15 cm laissant apparaitre une culotte à fleur du meilleur effet.  Gênés par ce spectacle indécent, les hommes détournent pudiquement les yeux.

Cette aventure va alimenter le reste des conversations au long des lapiaz labyrinthiques du sommet du Pinet où nous prenons le casse croûte, jusqu’au retour par le pas de l’Echelle qui nous ramène par un chemin malcommode jusqu’au Varvats.

Ils m’ont accompagnés : Agnès, Annick, Colette, Magali, Martine, Patricia, Simone, Manu, Michel, et

JPP

Scroll Up