Il n’y a pas grand-chose à dire sur le Pic Saint Michel, sommet très connu, très fréquenté, sauf quand on l’arpente par grand brouillard, comme ce fût le cas hier !

Très rapidement, nous avons trouvé la « purée de pois », qui ne nous a pas lâchées tout au long de la montée. Enfin, la clarté et le soleil 100 m au-dessous du sommet que nous atteignons par la gauche.  Pas étonnant que nous n’ayons rencontré personne sur notre itinéraire.

 

On voit à peine les sommets alentour, la mer de nuages dissimule presque tout.

Il est midi passé, on se prépare pour le casse-croûte. Je déchausse et mes skis commencent à dévaler la pente ! Inutile de courir, ils vont top vite ! Par chance, un sapin en recueille un et l’autre m’attend bien sagement à quelques mètres ! Ouf, on décide de s’installer ici, il fait bon au soleil, on attend que le brouillard se dissipe un peu, mais rien à faire. Il est là bien scotché. Une heure plus tard, on commence la descente, dans ce brouillard et toutes les traces, on peine à trouver l’itinéraire. 

 

On tombe sur un skieur et son GPS, « on est bien sur la trace de montée, regardez.. » oui mais on va un peu trop sur notre droite, il faut revenir en arrière, refaire la montée qui nous permet de rejoindre la crête qui nous sépare du Vallon des ALLIERES ; ouf, on croit y être mais on est sur le chemin des raquettes qui va nous amener  vers le STADE DE LANS…..

 

Pierrette nous attendra au parking, et avec Danièle nous partons récupérer la voiture garée un peu plus bas.

Quelle journée, assez sportive tout compte fait, et c’est avec grand plaisir que nous nous nous retrouverons dans un bar de LANS pour le pot traditionnel de fin de course.

Et là nous avons eu droit à « la brève de comptoir » dans toute sa splendeur : « Mesdames, vous allez où car il y a eu un grave accident à l’entrée de LANS, il y a trois voitures de pompiers, etc.. et la route de SAINT NIZIER n’est pas prête d’être ouverte à la circulation. »

Résignées à descendre par ENGINS, on se dirige vers la voiture et que voit-on un peu plus loin, un gendarme tranquillement en train de faire la circulation sur cette route soi-disant bloquée pour plusieurs heures !!!! On a bien ri, et on s’est dit toutes les trois que décidément c’était une journée pas comme les autres !!

 

Merci à Danièle, et Pierrette, d’avoir  été de charmantes et compréhensives « compagnes d’infortune » !!

 

Nane

Scroll Up