Nous sommes 13 à nous retrouver pour cette rando dans le parc des écrins côté Valjouffrey. La météo avait annoncé plein soleil. Est-ce que c’est le chiffre 13 mais le ciel est gris et le brouillard cache le paysage. Nous attaquons quand même le sentier qui part de 1212m, 1km500 avant le hameau de Valsenestre, il est 8h15.La pente est raide; chacun monte à son rythme.

Une première halte après une heure de marche vers 1700m. Nous devrions voir la fontaine Julliarde, mais nous n’apercevons rien, tout est bouché. Des bêlements surgissent du brouillard, nous ne sommes pas loin de l’alpage. Lorsque Françoise qui ferme la marche arrive au niveau du troupeau, celui-ci lui barre le chemin. Elle le traverse accompagné d’un Patou peu agressif, lui au moins, il sait faire la différence entre un être humain et le loup.

Enfin le soleil apparait dans le ciel bleu. Nous arrivons au niveau de la cabane de Combe Guyon (1964m). Le sentier se perd dans le vallon au milieu de toutes les sentes des moutons. Nous nous regroupons vers 2000m pour souffler un peu, il est 10h30. Nous décidons que les plus rapides iront jusqu’à la Tête des Chétives. Le temps de gravir les lacets escarpés et nous arrivons au lac (2393m).  Nous nous délestons des casse-croutes et du rosé que je mets à rafraichir dans le lac. Et nous voilà repartis pour la Tête des Chétives. La pente est soutenue et les derniers mètres sont durs. A notre arrivée (2644m), nous sommes récompensés de nos efforts par le panorama qui s’offre à nous. La Brèche du Perrier, le Signal du Lauvitel, Le Clapier du Peyron que Jean Paul a gravi, le col de la Muzelle, l’Olan au loin vers le sud, les montagnes du Dévoluy, au nord le Taillefer et le massif de Belledonne.

Il est 13h nous devons penser à redescendre. Nous retrouvons le lac en même temps que l’autre partie du groupe qui revient du col de la Romeïou(2439). Les plus courageux ou les moins frileux ôtent leurs chaussures pour tremper les pieds dans l’eau. Le pique-nique est arrosé d’un rosé et d’un excellent Bordeaux; nous terminons par les habituelles friandises, le café de Nane et la quetsche (30 ans d’âge) de Nicole. Les langues vont bon train, j’en fais parti, ce qui n’empêche pas certain de faire la sieste.

Nous levons le camp à 14h20 et nous voilà repartis pour une longue descente. Un peu avant la cabane de Combe Guyon, nous prenons le chemin de La Fayolle qui tient son nom du ruisseau qu’il longe et que nous traversons sur une passerelle (1712m). Le sentier franchit quelques barres rocheuses où il vaut mieux être vigilant.

A la cote 1466m le sentier suit la courbe de niveau puis franchit le torrent du Rif  et nous arrivons à Valsenestre (1294m). Le hameau fut entièrement enseveli par une avalanche au XIXe siècle, peuplé d’une centaine d’habitants, le village possédait son école ouverte jusqu’en 1936, aujourd’hui transformé en gîte d’étape. Gite d’étape où le gros de la troupe se rafraichit à la terrasse de ce lieu où petit je passais mes vacances d’été……..il y a bien longtemps. Pendant ce temps, Babette Michel et moi prolongeons un peu la randonnée pour récupérer les voitures.

Merci Nane, Magali, Pierrette, Danielle, Françoise, Denise, Nicole, Martine, Babette, Michel, Pierre, Jean Paul de m’avoir accompagné pour cette agréable randonnée.

Scroll Up